À peine 17 % en ont à nouveau acheté une voiture électrique

2 juillet 2018 upsa-agvs.ch – Le marché des véhicules électriques d’occasion n’évolue que très lentement malgré l’essor des motorisations alternatives. Les véhicules d’un certain âge ne retrouvent pratiquement plus preneur, un tiers des occasions ne sont plus proposées et seule une très faible proportion d’anciens propriétaires de voitures électriques achèterait à nouveau un véhicule muni d’une telle motorisation.


 
kro. La commercialisation de véhicules à propulsion alternative a connu un essor ces dernières années pour des raisons essentiellement politiques. À partir de 2020, un plafond moyen de CO2 de 95 g/km s’appliquera à tout le parc de chaque constructeur. « Pour le respecter, il faudra une part non négligeable de véhicules équipés d’un système de propulsion alternative et une proportion élevée de voitures diesel », écrit auto-i-dat. 
 
Alors que le diesel ne se remet que lentement après son « interruption de carrière », le segment des véhicules électriques semble être en plein essor. En Allemagne, les chiffres semblent enfin faire à nouveau état d’une hausse après des mois de repli ; semblent, car avec une part du marché actuelle des véhicules neufs de 1,48 %, la voiture électrique reste un produit de niche. Toutefois, les milieux politiques imposent et les constructeurs disposent, même si le rythme n’est pas aussi soutenu qu’initialement escompté. La palette de modèles s’étoffe toutefois à une cadence remarquable.

Les véhicules plus anciens retrouvent rarement preneur
Un marché des véhicules électriques d’occasion aurait dû se développer au fil des ans. Une telle opinion paraît raisonnable, mais ce n’est que partiellement le cas. « À l’heure actuelle, les véhicules électriques plus anciens retrouvent rarement preneur », déclare René Mitteregger, spécialiste des données chez auto-i-dat ag. De surcroît, comme près de la moitié des véhicules électriques appartiennent à des entreprises, ils n’aboutissent sur le marché de l’occasion qu’avec un certain retard. Autre découverte des spécialistes des données d’auto-i-dat ag : chez les marques telles que Tesla et BMW (i3), un tiers des véhicules actuellement retirés de la circulation ne sont plus proposés, ce qui entraîne une offre réduite d’occasions.
 
À peine 17 % en ont à nouveau acheté une
Cette tendance est par ailleurs renforcée par une autre circonstance qu’auto-i-dat ag a également identifiée : à peine 17 % des propriétaires d’une voiture électrique qui ont placé leur véhicule sur le marché de l’occasion en mai 2018 ont à nouveau acheté un tel véhicule. auto-i-dat n’en a pas recherché les raisons parce qu’un sondage auprès des propriétaires serait nécessaire. Pour René Mitteregger, « ce n’est assurément pas un signe encourageant pour les acheteurs potentiels de voitures électriques ».
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie