Pourquoi les durées d’immobilisation diminuent

Le demande en occasions

Pourquoi les durées d’immobilisation diminuent

27 juillet agvs-upsa-ch – Tous les trois mois et ce, depuis trois trimestres, la durée d’immobilisation des occasions des concessionnaires baisse en moyenne de trois jours. Des véhicules qui étaient vendus à l’étranger ou qui finissaient dans les casses il y encore un an sont actuellement à nouveau conditionnés et revendus en Suisse. Un expert évoque la situation qui prévaut sur le marché de l’occasion.

artikelbildoccasionen.jpg
Les occasions sont très demandées en ce moment, ce qui a également une incidence directe sur l’évolution de leurs prix. Photo: médias de l’UPSA 

mfi. À la fin de l’année dernière, environ 4,7 millions de voitures de tourisme étaient immatriculées auprès des services des automobiles suisses. En 2010, ce chiffre n’était que de 4,1 millions. Le nombre de voitures de tourisme immatriculées a ainsi augmenté en moyenne chaque année au cours des dix dernières années. C’est pourquoi le nombre d’occasions immobilisées sur une période plus longue chez les concessionnaires ou faisant l’objet d’annonces en ligne devrait augmenter. Cette hypothèse est toutefois caduque depuis plus de neuf mois. On constate en effet qu’il faut en moyenne deux à trois jours de moins tous les trois mois pour revendre ces véhicules ou pour les remettre en circulation. Cette baisse des durées d’immobilisation parle d’elle-même. «Le besoin d’occasions ne cesse de croître», explique René Mitteregger, spécialiste des données chez auto-i-dat, «du fait de problèmes de livraison mondiaux, de la crise des semi-conducteurs et de la guerre en Ukraine, les livraisons de voitures neuves ont été inférieures aux ventes théoriquement possibles sur le marché suisse au cours des deux dernières années. Comme de nombreux consommateurs se tournent par conséquent plutôt vers les occasions, les périodes d’immobilisation de ces véhicules sont de plus en plus courtes.» Les concessionnaires et les garagistes perçoivent également l’accroissement des besoins et réagissent en conséquence. «Les véhicules qui étaient exportés ou mis à la casse il y a un an sont aujourd’hui remis en état par des ateliers pour être revendus, même s’ils présentent des défauts majeurs», explique M. Mitteregger. Cette approche est la seule permettant de satisfaire les besoins actuels.

Les voitures de tourisme d’occasion dotées d’un moteur diesel et les véhicules de camping ont également enregistré d’excellentes ventes au cours des derniers mois. Les constructeurs fabriquent beaucoup moins de voitures équipées de moteurs diesel. Le spécialiste des données estime toutefois que les Suisses continuent de les apprécier. M. Mitteregger explique la tendance des véhicules de camping par ces mots :«Un véritable boom du camping s’est produit pendant la pandémie, car c’était parfois le seul moyen de voyager.» Depuis, les ventes effectives de véhicules de camping stagnent à un niveau très élevé, probablement parce que les voyages en avion sont de nouveau possibles et que les gens réutilisent davantage ce mode de transport. La valeur résiduelle d’une voiture d’occasion dépend généralement du prix de la même voiture neuve. À l’heure actuelle, ces valeurs doivent néanmoins être ajustées en permanence en raison de l’augmentation de la demande. Pour les preneurs de leasing et leurs concessionnaires qui proposent des leasings, cette forte demande sur le marché de l’occasion pourrait même s’avérer lucrative, estime M. Mitteregger :«Le risque que courent les preneurs de leasing sur la valeur résiduelle s’éteint pour l’instant.» Le spécialiste des données est convaincu que les concessionnaires et les preneurs de leasing peuvent en tirer profit. Les concessionnaires peuvent reprendre leurs véhicules aux clients à un bon prix et les revendre dans la foulée sans difficulté ; une situation favorable aux deux parties. M. Mitteregger ne veut pas se prononcer lorsqu’on lui demande combien de temps les durées d’immobilisation vont encore se raccourcir, quand les problèmes d’approvisionnement vont se résorber et si le marché de l’occasion sera bientôt complètement asséché. Il est cependant certain que les constructeurs ont intérêt à trouver rapidement des solutions: «Les constructeurs pourraient délocaliser leurs sites de production, voire en construire de nouveaux pour pallier les pénuries d’approvisionnement.» 
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie

Ajouter un commentaire

9 + 4 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Commentaires