Hambourg cherche à améliorer son système de transport

5 août 2020 upsa-agvs.ch – Plus durable, plus sûr, plus confortable et plus fiable: un projet de recherche global dans le domaine de la mobilité numérique a débuté à la mi-juillet à Hambourg. Il doit permettre de savoir comment améliorer le système de transport de la ville. Ses résultats seront aussi très intéressants pour les garagistes qui doivent s’adapter à une mobilité qui évolue.​


Hambourg s’attaque à la mobilité numérique. Source: Sénat de Hambourg​

abi. « Hambourg teste la mobilité numérique de demain au quotidien.» C’est avec ce titre que la plate-forme nationale pour l’avenir de la mobilité (Nationale Plattform Zukunft der Mobilität, NPM), initiatrice du projet, et la société Hamburger Hochbahn AG, qui exploite notamment près de 1000 bus, ont lancé le Reallabor Hamburg (RealLabHH). 

Les près de 30 partenaires impliqués dans ce projet développeront ces prochains mois des solutions de mobilité numériques dans un écosystème commun à Hambourg et dans la région métropolitaine sous la direction de la société Hamburger Hochbahn AG. Parmi ces partenaires se trouvent notamment BMW, Continental Automotive GmbH, Siemens Mobility GmbH ou encore Dekra Automobil GmbH.

Onze projets partiels au total doivent permettre de répondre à des questions urgentes, et notamment celle-ci: comment la numérisation peut-elle donner naissance à un système de transport plus durable, plus sûr, plus confortable et plus fiable? Selon le communiqué des initiateurs, cela s’applique dans une même mesure au transport de personnes et au transport de marchandises, et aussi bien dans des zones rurales que dans un environnement urbain. 

Peter Tschentscher, premier bourgmestre de la ville libre et hanséatique de Hambourg, parle d’une infrastructure numérique développée dans le Reallabor de Hambourg et qui devrait rendre les transports plus respectueux de l’environnement. «Font partie de cette infrastructure des micro-dépôts visant la réduction du transport logistique, la conduite autonome, des navettes sur demande et une application capable de mettre en réseau les offres de mobilité les plus variées», explique-t-il. 

Les projets seront testés en conditions réelles d’exploitation et présentés lors du congrès mondial sur les systèmes de transport intelligents (IST) en octobre 2021 à Hambourg. L’objectif principal du projet est l’élaboration de recommandations en vue d’un développement du système de mobilité respectueux de l’environnement et du climat.

Pour y parvenir, les habitants de la ville peuvent tester les offres et participer à des réunions et des discussions. «Les débats sociétaux relatifs aux services de mobilité numériques constituent l’objet principal du projet global», explique Andreas Scheuer, ministre fédéral des transports et de l’infrastructure numérique (BMVI). «Dans ce cadre, les projets partiels prévus couvrent un large spectre: budget de mobilité pour remplacer un véhicule de service, création d’une plate-forme de mobilité indépendante des fournisseurs et solutions pour usagers du trafic routier nécessitant une protection particulière.»

Klaus Fröhlich, membre du comité directeur de BMW jusqu’à la fin juin, adhère à ce projet. «Il est nécessaire de tester de nouvelles approches dans le monde réel pour répondre à des questions complexes, telles que la disposition des citoyennes et des citoyens à modifier leur comportement d’usagers pour de nouvelles offres de mobilité ou encore la capacité des différents modes de transport à fonctionner conjointement dans le cadre d’offres de mobilité intermodales», explique-t-il. Le Reallabor serait l’espace dans lequel on pourrait constater ces prochains mois si et comment les idées et les possibilités d’une mobilité largement connectée pourraient être mises en œuvre au quotidien.

Ceci pourrait surtout être intéressant pour les constructeurs automobiles qui négocient actuellement un véritable tournant dans le domaine de la mobilité connectée. Les garagistes pourraient eux aussi attendre ces résultats avec intérêt, car ils devront s’adapter à l’avenir à une mobilité en pleine évolution.

Le projet est subventionné par le BMVI à hauteur de 20,5 millions d’euros environ.
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Commentaires