«Nous devons unir nos forces pour atteindre nos objectifs»

Table ronde

«Nous devons unir nos forces pour atteindre nos objectifs»

18 janvier 2022 agvs-upsa – La crise du coronavirus a mis en évidence l’importance des associations. Thierry Burkart, président central de l’Astag, Martin Hirzel, président de Swissmem, et Fabio Regazzi, président de l’Union suisse des arts et métiers, ont expliqué l’importance des réseaux au sein de la branche et au-delà.

burkart_artikelbild.jpg

srh. Thierry Burkart siège au Conseil des États en tant que président du PLR, Fabio Regazzi représente Le Centre (anciennement PDC) en tant que conseiller national à Berne. Tous deux soulignent l’importance d’être actifs à la fois dans une association et en politique. «Cela permet d’influencer directement des interventions, par exemple. Et l’on côtoie d’autres parlementaires», a expliqué Fabio Regazzi lors de la table ronde. «Il est par ailleurs important pour la sphère politique que le savoir acquis dans le monde de l’entreprise améliore la qualité des décisions qu’elle prend», a renchéri Thierry Burkart. Martin Hirzel, qui n’exerce lui-même pas de mandat politique, est du même avis: «Il est par conséquent intéressant pour une association d’avoir un bon accès au Parlement.» Et le réseau au sein de l’association et avec d’autres associations importe tout autant que les relations en politique. «Chez routesuisse, les échanges avec les associations partenaires sont institutionnalisés», a déclaré le président de l’Astag. «Nous devons unir nos forces pour atteindre nos objectifs.»
 
Swissmem aussi a senti l’importance accrue des associations pendant la pandémie de COVID-19, qui dure depuis deux ans déjà. «Nous recevions 700 demandes par semaine sur l’interprétation des directives qui changeaient en permanence», a révélé Martin Hirzel. Il précise que de nombreuses entreprises, y compris des grandes, ont rejoint Swissmem ces deux dernières années. De son côté, l’Astag a enregistré moins d’adhésions, parce qu’une grande partie de la branche en était déjà membre avant la pandémie. «Notre autocritique nous a montré que malgré cela, nous n’avons pas obtenu suffisamment de résultats au Parlement en ce qui concerne la réglementation des cas de rigueur», a déclaré Thierry Burkart. «La branche des cars est la principale touchée en cette période: le nombre de trajets était déjà en baisse avant 2020 et plus personne n’a pris le car pendant la pandémie», a-t-il poursuivi. «Sauf que, contrairement aux transports publics déjà subventionnés, les transports privés n’ont pas perçu d’aides. C’est une injustice flagrante!»
 
Fabio Regazzi et Thierry Burkart ont indiqué comment mettre en évidence de manière saisissante l’importance systémique de la branche des transports de personnes comme de marchandises. «Nous devrions peut-être faire en sorte que les camions ne roulent pas pendant une semaine pour montrer les conséquences», a suggéré Fabio Regazzi. «Ce serait une catastrophe, pour l’économie, mais aussi pour tous les particuliers.»
 
Martin Hirzel, ancien CEO du sous-traitant automobile Autoneum, a souligné le rôle de ce secteur pendant la table ronde: «La Suisse dispose d’un très grand savoir-faire dans la recherche, par exemple sur les carburants de synthèse.» Il a illustré l’importance de ce segment économique en Suisse par un chiffre impressionnant: «Les sous-traitants automobiles emploient 34 000 personnes à l’échelle nationale, plus que l’horlogerie!» Au niveau de Swissmem, il s’engage en faveur d’un bon accès aux marchés mondiaux.
 
Thierry Burkart a souligné l’ouverture technologique de la branche des véhicules utilitaires: «Même en chiffres absolus, c’est en Suisse que l’on trouve le plus de camions à hydrogène.» Les efforts pour réduire les émissions de CO2 sont nombreux. «Il devrait toutefois toujours s’agir de mesures technologiques vraiment efficaces, elles doivent être durables sur les plans écologique, économique et social.» Il a martelé que la nouvelle loi sur le CO2 doit être conçue en conséquence. «Il faut investir dans les nouvelles technologies et non augmenter les coûts sans que cela modifie au final les comportements.»
 
Thierry Burkart, Martin Hirzel et Fabio Regazzi s’accordent sur le fait que la place industrielle suisse surmontera cette crise aussi. «La Suisse a prouvé qu’elle se sortait bien des périodes difficiles», a déclaré Fabio Regazzi. Notre pays est petit mais solide, entre autres grâce à la démocratie directe et au fédéralisme.» Il a lancé un appel à ce sujet à ses collègues des conseils nationaux: «L’État devrait se garder de trop réglementer l’économie et la vie privée.»
 
Lisez le compte rendu détaillé de la Journée des garagistes suisses 2020 dans AUTOINSIDE 02/2022.



Cliquez ici pour tout savoir sur la « Journée des garagistes suisses » 2020.
 

vers le haut
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie

Ajouter un commentaire

15 + 0 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Commentaires