«Nous n’avons pas encore atteint le creux de la vague»

Un des plus grands défis

«Nous n’avons pas encore atteint le creux de la vague»

26 février 2021 agvs-upsa – La situation du marché de l’occasion est actuellement l’un des plus grands défis auxquels font face les entreprises de la branche automobile. Le marché se tarit et les «bonnes» occasions, à savoir les modèles de qualité et bien équipés, sont plus recherchés que jamais. agvs-upsa.ch a recueilli les impressions de quelques grands concessionnaires.

20210225_artikelbild.jpg
L’année dernière, le commerce des occasions a encore gagné en importance pour de nombreuses entreprises. La gestion rentable du stock d’occasions constitue donc un critère de plus en plus décisif. Source: Istock

kro. En janvier 2021, les immatriculations de voitures neuves ont été de 19,5% inférieures à celles de janvier 2020, lesquelles étaient déjà 10 % en deçà de celles de janvier 2019. Entre janvier 2019 et janvier 2021, une baisse cumulée de 27,7% a ainsi été enregistrée. Ce recul impacte le marché de l’occasion à différents niveaux. D’une part, on constate une pénurie des «bonnes» occasions qui sont souvent reprises lors de l’achat d’une voiture neuve. D’un autre côté, les «bonnes» occasions constituent une alternative lorsque l’offre de voitures neuves n’est pas envisageable pour des raisons liées à des problèmes de livraison ou à la situation actuelle, y compris financière. De plus, c’est principalement l’activité des flottes et des locations qui a beaucoup souffert l’année dernière. Les occasions récentes sont par ailleurs rares sur le marché actuel. 

Tout début 2020, René Mitteregger, spécialiste des données d’auto-i-dat ag, avait déjà pointé du doigt l’évolution du marché de l’occasion : «Nous allons connaître une forte pénurie de ‹bonnes› occasions», avait-il alors déclaré. «Cette fois nous y sommes, et pour un certain temps», constate-t-il aujourd’hui. 

Une enquête actuellement menée par agvs-upsa.ch auprès de grands concessionnaires de voitures d’occasion le confirme: «Le premier semestre 2021 va être assez difficile», assure Christoph Furter, directeur d’Emil Frey Select. «Aujourd’hui, tous les clients recherchent le véhicule qui leur convient sur Internet et font des comparaisons. La gestion efficace de l’activité de l’occasion est par conséquent un aspect de plus en plus important pour tout garagiste», indique Patrick Germann, directeur d’Auto Germann AG. Karin von Rotz, présidente de la direction du groupe Rotz, souligne pour sa part que les ventes se portent encore bien, même si «l’acquisition de véhicules reste difficile». C’est tout particulièrement le cas à l’heure actuelle. «La pénurie de voitures d’occasion entraîne en effet une augmentation constante des prix», indique Gabriel Galliker, CEO du groupe Emil Galliker Holding AG. 
 

furter_rotz.jpg
Gabriel Galliker et Karin von Rotz. Source: pd

En ce moment plus que jamais, l’enjeu consiste à avoir des véhicules en stock, car sans eux, pas d’activité. «Nous avons consenti des efforts importants l’année dernière et avons acheté des véhicules intéressants au bon moment», déclare Christoph Furter. Lui et son équipe importent par ailleurs des occasions adéquates depuis les filiales Emil Frey à l’étranger, qui disposent encore pour certaines d’un stock suffisant de véhicules. La démarche de l’entreprise a été très adroite: avant Noël, Emil Frey a lancé sur son site l’action «Nous achetons votre véhicule!». Les clients peuvent mettre leur voiture en vente sur Internet très simplement, sans chercher à acheter une voiture neuve ou d’occasion. D’autres sont actuellement temporairement «assommés». «Nous pourrions utiliser davantage de véhicules et sommes quotidiennement à l’affût de bonnes affaires», déclare Karin von Rotz. Sa devise: «Agir et ne pas attendre que les occasions se présentent.» Le groupe Galliker se montre lui aussi actif en matière d’achats, même si, selon Gabriel Galliker, cela «devient de plus en plus difficile». Patrick Germann explique cette tendance: «Beaucoup de clients essaient de vendre eux-mêmes leur occasion sur des plates-formes en ligne car ils pensent obtenir un meilleur prix. À cela s’ajoute le fait qu’en tant que garage de marque, nous calculons le prix de la préparation un peu trop prudemment, car nous sommes tenus de fournir la qualité attendue.» Selon lui, une bonne remise en état fait grimper les coûts. 

furter_germann.jpg
Christoph Furter et Patrick Germann. Quelle: pd

Cette pénurie de marché ne risque-t-elle pas d’entraîner une hausse des importations d’occasions par les garagistes et les particuliers ? De l’avis de Karin von Rotz, ce risque est actuellement plutôt limité, car «l’approche de la qualité et les souhaits de la clientèle suisse en matière d’équipements sont très différents de ceux des pays voisins.» Gabriel Galliker estime en revanche que ce processus est «déjà en marche». Pour Christoph Furter, il ne fait également aucun doute que les garagistes vont chercher à se lancer dans les importations (directes). Trouver des occasions de qualité auprès de sources fiables n’est toutefois pas chose facile sans contacts de longue date. Il évoque en outre la paperasse et le risque financier élevé qu’impliquent les importations. Patrick Germann est du même avis: «Pour se lancer dans les importations directes, le garagiste doit disposer d’une bonne expérience et être prêt à prendre des risques».

Reste à savoir si nous avons atteint le creux de la vague. «Il n’y a pas lieu de le penser», indique Gabriel Galliker, par ailleurs convaincu que «cette situation va se maintenir encore longtemps». Karin von Rotz estime qu’elle-même et ses collègues auront «encore quelques défis à relever.» Selon Christoph Furter, le creux de la vague n’est «pas encore atteint», mais il en est persuadé: «Dès que les mesures de lutte contre le coronavirus seront levées et que les chaînes de production reprendront une activité normale, le marché se redressera rapidement.» Le point de vue de Patrick Germann est légèrement différemment: «On ne peut pas selon moi parler de creux de la vague. Malgré tout, le marché de l'occasion se porte bien par rapport à celui des voitures neuves.» 
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie

Ajouter un commentaire

12 + 0 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Commentaires